Lodève

Dans le cadre d’une recherche lancée par le POPSU (Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines) sur les petites et moyennes villes en France, des chercheurs du laboratoire de recherche LIFAM mènent pendant l’année 2020 une étude approfondie sur les stratégies urbaines développées ou à développer dans la commune de Lodève.

 

D’un quartier prioritaire à un territoire en transition :

Approche holistique de la ville de Lodève (Hérault)

 Popsu Territoires est un programme partenarial de recherche en urbanisme qui s’inscrit dans le cadre de l’action gouvernementale en faveur de la redynamisation des villes petites et moyennes.

Objectifs du programme

Le programme de cette étude a pour objet de produire de la connaissance à partir de cas d’étude pour mieux ancrer les stratégies territoriales et concourir à la mise en place des conditions d’échanges entre élu·e·s, concepteur·rice·s et chercheur·euse·s au travers d’une observation in situ pour tenter d’expliquer les échecs ou réussites et proposer des pistes d’action.

Découvrir le programme: http://www.popsu.archi.fr/popsu-territoires/accueil

Le cas d’étude

Proche de polarités urbaines importantes, centre de son intercommunalité, la commune de Lodève jouit d’une série d’atouts urbains, patrimoniaux et naturels, Or, malgré une volonté politique forte de redynamisation, la commune peine à enrayer l’érosion de son tissu économique et social. La commune est aujourd’hui un territoire en transition.

L’absence d’une ingénierie urbaine capable de proposer aux acteurs une lecture commune du territoire marque une désynchronisation entre l’ensemble des actions esquissées, qu’elles proviennent de la collectivité ou des associations.

Cette recherche-action vise alors à comprendre les mécaniques responsables de ces dysfonctionnements, d’en évaluer les retombées, et d’envisager les perspectives à Lodève au travers d’une démarche holistique.

Recherche par le projet

Un diagnostic participatif sera établi par l’intermédiaire d’ateliers de co-construction dans le cadre de la préfiguration d’une maison de l’urbanisme ouverte à l’ensemble des acteurs et à la population. Il sera assorti de propositions à mettre en débat.  Les restitutions se feront par des expositions de projets d’étudiants de l’ENSA de Montpellier. L’ensemble sera présenté lors d’un colloque largement ouvert au public fin 2020. L’objectif du POPSU est de tester la démarche méthodologique utilisée pour sensibiliser d’autres communes présentant les mêmes problématiques.

En partenariat avec la Municipalité, cette étude mobilisera un panel élargi de ressources humaines et matérielles et de formes d’actions pluridisciplinaires. L’équipe est constituée d’enseignants-chercheurs des laboratoires LIFAM (Laboratoire Innovation Formes Architectures Milieux) et ARTDEV (Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement). Sont également partenaires le CAUE de l’Hérault et des membres de plusieurs associations locales et nationales comme l’Association Patrick Geddes France (Education populaire) ou la Distillerie (Tiers-lieu à Lodève) afin de croiser les regards.

Les enseignant.e.s-chercheur.e.s du laboratoire de recherche mobiliseront une cinquantaine  d’étudiants au travers de studios d’enseignements des cycles Licence et Master, de TPFE et de mémoires de master.

L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier est le mandataire de l’étude.

 Chercheurs au LIFAM :

  • Anne SISTEL (porteuse du projet), architecte-urbaniste, MC / VT, ENSAM
  • Jean PLANES, architecte paysagiste, MAA /TPCAU, ENSAM
  • Alexandre NEAGU, architecte-urbaniste, MAA / TPCAU, ENSAM
  • Khedidja MAMOU, architecte sociologue, MC / SHS, ENSAM
  • Gladys CHAMPANAY, stagiaire master ENSAM
  • Flore SERAYSSOL, stagiaire master ENSAM
  • Flora AGULLO, stagiaire master ENSAM

Autres chercheurs:

  • Catherine BERNIE-BOISSARD, géographe-économiste, ARTDEV, Professeur émérite de l’Université de Nîmes,
  • Bertrand RETIF, paysagiste, MAA ENSA de Clermont-Ferrand,

Sources: